8 / 100

Les malas en pierres semi-précieuses

Véritable porte-bonheur, le mala accompagne tous ceux qui s’intéressent à la spiritualité et à leur bien-être, bouddhistes ou non. Ce chapelet de perles répond à une tradition remontant à plusieurs milliers d’années. Compte tenu de ses multiples bienfaits, il est facile de comprendre pourquoi le mala a survécu à travers les âges. De leur origine à leur signification, en passant par leurs différentes utilisations possibles, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les colliers bouddhistes et tibétains.

Pourquoi 108 perles ?

Le nombre 108 n’est pas choisi au hasard. Il est considéré comme sacré et est omniprésent dans les textes anciens. Il y a d’ailleurs 108 lettres dans l’alphabet sanskrit. Mathématiquement, 108 est le résultat de la formule bouddhiste suivante :

6 x 3 x 2 x 3 = 108.

Cette formule se décompose de la sorte :

  • 6 sens pour l’être humain (vue, ouïe, odorat, goût, toucher et pensée) ;
  • 3 temporalités (présent, passé et futur) ;
  • 2 conditions dans le cœur, l’esprit et dans toute intention (pure ou impure) ;
  • 3 états émotionnels bouddhistes (colère, désir-attachement, ignorance).

Un mala est un objet personnel avant tout. Son utilisation et sa signification ne dépendent que de vous. Qu’il vous serve de collier de méditation, de chapelet de prière ou encore de collier porte-bonheur, l’objectif du mala est de vous épauler au quotidien dans votre quête du bonheur.

Agate mousse : libère des blocages, stimule le système immunitaire