Drukpa Kunley (1455-1570) est un moine tibétain pas comme les autres. Il quitta les ordres à l’âge de 20 ans et mena une vie plutôt provocante. Il avait compris que tout être humain devait épuiser ses désirs s’il voulait atteindre la bouddhéité. Drukpa Kunley était convaincu que c’est en mettant les personnes en face de leur désir que celles-ci obtiennent les ressources pour rechercher leur vraie nature.

Un pensée provocante et profonde

« Lorsque l’on est incapable de méditer spontanément, que peut-on attendre d’un effort violent de la pensée? Si une perspective lumineuse n’est pas ouverte par sa drukpa kunleypropre intuition, que peut rapporter une quête systématique? Vêtu d’habits grossiers et inconfortables, quel bonheur espère gagner l’ascète en souffrant un froid d’enfer dans sa vie? Amasser des connaissances tout en ignorant la méditation sur la nature de l’esprit, n’est-ce pas se laisser mourir de faim alors que le garde-manger est plein? »

Ce moine  qui avait quitté les ordres très tôt avait de réelles facultés spirituelles. Il partit comme mendiant avec le minimum vital. Enfin, il devint un maître dans les arts aussi bien mondains que spirituels en pratiquant la magie, divination et lévitation.

Il utilisa le chant et la danse, l’alcool et le sexe, comme des voies de perfectionnement. Drukpa Kunley passait la plus grande partie de son temps à boire et à chanter avec des jeunes femmes et de tout âge. Par ce combat, il dénonçait l’hypocrisie, la suffisance, l’individualisme, la soif des biens terrestres de ses contemporains, en mettant à la lumière, leurs vices cachés, afin de les amener à suivre une vie honnête dédiée aux choses de l’esprit.

thumbnail PHOTO 2019 09 09 15 51 41Un enseignement vivant du tantrisme

Il enseignait que la réalité transcendantale (nirvana) et le monde des phénomènes (samsara) apparaissent comme étant de même essence dès lors que l’on abandonne préjugés et idées préconçues. « Ce mendiant indigent n’éprouve que dégoût pour le désir. En laissant parler sans frein son esprit, il montre que la vertu l’habite. Ne travaillant jamais, laissant la réalité en plan, tout ce qui lui arrive est le Chemin de la Réalisation. »

Il aimait provoquer et voulait faire comprendre que le trantrisme devait demeurer une expérience physico-spirituelle de l’union des contraires. Les émotions et le désir ne sont pas éliminés mais transformés pour être purifiés. On utilise l’aspect sexuel pour ouvrir l’esprit. Cela libère de l’attachement au monde illusoire et réveille la nature de bouddha que nous avons tous en nous. Le fou divin était complètement libéré des concepts qu’il avait accumulés durant ses vies antérieures et actuelle.

Les phallus comme symbole de protection et de fertilité

Actuellement des professeurs prennent comme exemple la vie de Drukpa Kunley pour expliquer certaines théories à leurs étudiants. Il est reconnu au Bhoutan où les phallus sont des objets de décoration au caractère souvent sacré. Sur les façades ou dans les maisons, ils assurent la protection des habitants et des lieux. De plus, ces phallus apportent la fertilité à ceux qui souhaitent concevoir un enfant.